Topics Altcoins
Bybit Learn
Bybit Learn
Beginner
28 окт. 2021 г.

Qu’est-ce que l’Ethereum et comment fonctionne-t-il ?

Une erreur fréquente consiste à utiliser indifféremment Ethereum et Ether pour décrire les crypto-monnaies. Mais ce n’est pas tout à fait exact.

Ethereum est une plateforme basée sur la blockchain utilisée principalement comme support décentralisé pour les applications collaboratives. Ether est le token natif utilisé pour exécuter les opérations sur sa plateforme.

La plateforme Ethereum est principalement utilisée pour stocker des informations et des données numériques sans intermédiaire. Les données qui y sont partagées (par le biais d’un réseau d’ordinateurs appelés nœuds) ne peuvent être ni manipulées ni modifiées. Par exemple, des contrats de logement peuvent être établis sans agents immobiliers, et des transferts d’argent peuvent être effectués sans banques. L’Ether (ETH), le token du réseau, est utilisé pour faciliter le paiement des transactions dans le monde entier.

La blockchain Ethereum a été proposée pour la première fois en 2013 et, par la suite, introduite en 2015 par le développeur Vitalik Buterin. Bien qu’Ethereum présente des similitudes avec Bitcoin, en utilisant le même consensus proof-of-work et un registre public décentralisé, il est censé être plus scalable (c’est-à-dire faciliter plus de transactions par seconde ou TPS). Par exemple, le récent hard fork d’Ethereum London est un tremplin pour leur mise à jour 2.0 afin de contrer certains des problèmes existants d’Ethereum — tels que la congestion du réseau.

Aujourd’hui, l’écosystème Ethereum est florissant, avec près de 3 000 applications décentralisées alimentées par la communauté Ethereum. Dans le même temps, l’Ether reste le premier altcoin avec une capitalisation de marché de plus de 350 milliards de dollars le 17 août 2021.

Comment fonctionne Ethereum ?

Ethereum est une plateforme logicielle ouverte basée sur la technologie blockchain permettant aux développeurs de créer et de déployer des applications décentralisées (DApps) et des smart contracts. Un utilisateur qui souhaite exploiter ces applications doit payer des frais de gas puisque les ressources informatiques sont limitées sur Ethereum.

La blockchain Ethereum est parfois surnommée « l’ordinateur du monde ». Non seulement elle est considérée comme un moyen de donner aux utilisateurs un meilleur contrôle sur leurs informations numériques et leurs données personnelles, mais les smart contracts d’Ethereum permettent également aux développeurs d’automatiser les conditions sur les DApps, ce qui est un gros plus pour le succès d’Ethereum. Et bien sûr, l’Ether (ETH) est la crypto-monnaie qui alimente ces DApps.

Par exemple, un smart contract qui fonctionne sur la blockchain Ethereum permet de définir les règles et l’accord pour faire respecter le contrat lorsque ces conditions sont remplies. Ceci est réalisé grâce aux termes et codes prédéterminés (fonctions et états) qui résident sur une adresse particulière de la blockchain. Les frais de gas sont utilisés comme mode de paiement pour compenser la puissance de calcul utilisée pour valider la transaction sur la blockchain Ethereum. Habituellement, lorsqu’une transaction est plus complexe, un utilisateur doit payer des frais de transaction plus élevés, ou des frais de gas, afin de traiter un smart contract.

Le but des smart contracts d’Ethereum 

Les smart contracts sont des contrats auto-exécutoires dont les termes de l’accord sont inscrits dans le code numérique de la blockchain. Les fonctions de ces smart contracts peuvent inclure l’assurance, les chaînes d’approvisionnement, l’immobilier et les jeux.

La gestion des transactions et le suivi des soldes des tokens relèvent également de la responsabilité d’un smart contract. Les ETH doivent être envoyés au smart contract afin de recevoir des tokens en retour. En revanche, ERC20 fait référence à la norme des règles de création et d’émission de tokens sur la blockchain Ethereum que tous les tokens doivent suivre. 

Ces tokens peuvent prendre la forme d’utility tokens et de security tokens. Les utility tokens sont explicitement conçus pour être utilisés sur des DApps ou pour promouvoir un produit. Un security token, quant à lui, est un investissement, par exemple des actions ou même des fonds d’entreprise. Les security tokens sont soumis à des cadres réglementaires stricts, ce qui n’est pas le cas des utility tokens. 

DApps : Comprendre les applications décentralisées

Les DApps sont écrites avec un code unique, Solidity, qui a été créé spécialement pour Ethereum. Parmi les principales DApps, citons les jeux d’argent, les levées de fonds (ICO), 

DeFi, les jeux, les réseaux sociaux et les exchanges. Elles ne sont pas détenues par une seule entité, ce qui élimine les intermédiaires.

Avec de nombreuses DApps sur la blockchain Ethereum, les utilisateurs peuvent obtenir des incitations, comme des tokens.

Voici quelques-unes des DApps les plus connues qui existent :

  • CryptoKitties : Lancé en 2017, CryptoKitties est l’un des premiers jeux basés sur la blockchain. Il utilise des smart contracts, permettant aux participants de collecter et d’élever des images numériques de chats. Ils peuvent être vendus sur la marketplace du jeu. La plupart des chats se vendent pour moins de 100 dollars, mais le chat le plus cher jamais vendu a rapporté un prix stupéfiant de plus de 300 000 dollars. 
  • Brave : Avec plus de 9 millions d’utilisateurs actifs, Brave vise à offrir aux utilisateurs une alternative aux plateformes de publicité et de services numériques classiques tout en récompensant les utilisateurs avec des basic attention tokens (BAT) chaque fois qu’ils participent à l’écosystème.
  • Uniswap : Uniswap permet aux utilisateurs d’échanger des tokens ERC20 par le biais d’un smart contract. Les utilisateurs peuvent le faire en connectant leurs portefeuilles MetaMask.
  • MakerDAO : MakerDAO permet aux utilisateurs d’emprunter un stablecoin, DAI, avec l’ETH utilisé comme garantie. L’emprunteur paie des intérêts sur le prêt, mais si la valeur de l’ETH chute trop, la garantie sera vendue pour payer le prêt. 
Image CC : Unsplash

Qu’est-ce que l’Ether ?

L’Ether (symbole : ETH) est la crypto-monnaie native qui sert de « carburant » aux transactions Ethereum au sein du réseau. Par exemple, un programme associé au réseau Ethereum a besoin de puissance de calcul pour exécuter la demande. Lorsqu’un utilisateur paie à un nœud les frais de transaction Ethereum, le nœud exécute la transaction.

Cependant, les frais de transaction ETH varient généralement en fonction de la demande et de la complexité du service requis. Par exemple, la demande récente en matière de finance décentralisée (DeFi) a augmenté le nombre de transactions, comme l’envoi de tokens via des exchanges décentralisés (DEX), provoquant l’engorgement de l’ensemble du réseau. À cause de cela, les frais de gas de l’ETH sont montés en flèche.

L’Ethereum tire sa valeur de plusieurs façons. Il s’agit notamment de la réception des frais de gas, ainsi que de l’emprunt et du prêt d’Ether par le biais de smart contracts autonomes utilisant des réseaux comme AAVE, Compound et Yearn Finance pour gagner des intérêts. Parallèlement, l’intérêt croissant pour les DeFi et NFT (tokens non fongibles) a augmenté la valeur de l’Ether.

L’Ether reste toujours la deuxième plus grande crypto-monnaie du monde en termes de capitalisation de marché. L’Ether a atteint son plus haut niveau historique de 4 362 $ en mai 2021 mais a depuis plongé, suite au marché baissier. L’ETH se tarde à un peu plus de 3 100 dollars le 20 août 2021.

Histoire de la blockchain Ethereum

L’objectif premier du bitcoin a toujours été de faciliter la monnaie numérique, mais au fil du temps, les gens ont commencé à réaliser que la blockchain pouvait également être utilisée pour d’autres fonctions. 

Le programmeur informatique Vitalik Buterin était l’une de ces personnes. Ayant lui-même investi très tôt dans le bitcoin, il envisageait d’autres possibilités pour cette technologie naissante. Il a d’abord essayé de créer des applications numériques sur la blockchain Bitcoin, mais il s’est rendu compte que ses capacités étaient insuffisantes à l’époque. 

Il a alors commencé à travailler sur sa propre blockchain et, en 2013, a publié le whitepaper Ethereum. Le réseau Ethereum, dans sa première incarnation connue sous le nom de Frontier, a été lancé en juillet 2015. 

En 2016, un incident de sécurité majeur s’est produit lorsque 50 millions de dollars d’ETH ont été volés. La blockchain a alors été scindée en deux. Sa version originale a été maintenue sous le nom d’Ethereum Classic, tandis qu’une nouvelle chaîne a été créée, connue sous le nom d’Ethereum. Sur cette chaîne, le vol des fonds a été annulé. 

Depuis lors, le réseau n’a cessé de se renforcer. Il y a maintenant plus de 200 000 tokens et près de 3 000 DApps sur le réseau Ethereum. Récemment, le boom du DeFi a été au centre de l’expansion du réseau. Malgré le succès continu du réseau, des appels ont été lancés depuis longtemps pour étendre ses capacités. C’est là qu’intervient Ethereum 2.0

Perspectives de l’Ethereum 2.0

La création d’Ethereum 2.0, une mise à jour majeure du réseau Ethereum, est née de demandes d’amélioration de sa scalabilité. Ces problèmes sont principalement dus au mécanisme de consensus « proof of work » (PoW) d’Ethereum. Bien que très sûr, le processus de minage impliqué dans le PoW consomme de grandes quantités d’électricité, ce qui signifie que seules 15 transactions par seconde environ peuvent être traitées. Avec le nombre croissant de DApps utilisant le réseau, cette vitesse a longtemps été considérée comme beaucoup trop lente. 

C’est pourquoi les développeurs d’Ethereum passent de la plateforme existante à Ethereum 2.0, également connu sous le nom de Serenity. Leur nouvel algorithme sera basé sur un consensus de type « proof of stake » (PoS). On espère que ce passage du minage au staking augmentera considérablement le TPS et la sécurité d’Ethereum, en soulageant la congestion du réseau et sa dépendance à la puissance de calcul. La société ConsenSys, spécialisée dans la technologie des blockchains, l’explique ainsi : 

« Chaque chaîne de shards est comme l’ajout d’une autre voie pour faire passer Ethereum d’une route à une voie à une autoroute à plusieurs voies. Plus de voies et un traitement parallèle conduisent à un débit beaucoup plus élevé.« 

Initialement prévue pour 2019, la mise à jour Serenity d’Ethereum devrait être achevée au cours des deux prochaines années. 

Bitcoin et Ethereum : Similitudes et différences

Malgré leurs différences fondamentales, le Bitcoin et l’Ethereum présentent certaines similitudes. L’une des principales différences réside dans le fait que le bitcoin est utilisé comme un simple registre numérique pour les transactions. Ethereum, en revanche, permet à un contributeur d’automatiser des transactions en y intégrant du code.

Similitudes :

  • Les deux sont des monnaies numériques qui peuvent être utilisées comme moyen de paiement, échangées sur des exchanges et stockées dans des hot ou cold wallets
  • Comme ce sont toutes deux des monnaies numériques, elles peuvent également être considérées comme des réserves de valeur.
  • Les deux sont décentralisées par nature et utilisent la technologie blockchain.
  • Elles sont toutes deux contrôlées et émises par de multiples entités. 

Différences :

  • Bien que l’ETH fonctionne à peu près comme n’importe quelle autre crypto-monnaie, ce n’est pas son objectif premier. L’ETH est utilisé pour faciliter les opérations des smart contracts et des DApps sur le réseau Ethereum, et sur l’écosystème dans son ensemble.
  • Malgré l’évolution vers Ethereum 2.0 pour augmenter le TPS sur le réseau, les transactions de blocs pour l’ETH sont toujours vérifiées beaucoup plus rapidement (15 secondes, au lieu de 10 minutes) que les transactions similaires pour le BTC. 
  • Les smart contracts ayant lieu sur le réseau Ethereum, les transactions peuvent contenir du code exécutable. Cependant, toute donnée stockée sur les transactions du réseau pour Bitcoin sera généralement juste stockée par les nœuds dans une adresse cryptée sur la blockchain. 
  • Bien que l’ETH ait été créé en utilisant le même mécanisme de consensus que le Bitcoin (PoW), il est prévu de passer au proof-of-stake avec Ethereum 2.0. Au lieu que les mineurs soient en concurrence les uns avec les autres en termes de puissance de calcul pour valider les transactions (et reçoivent l’ETH comme récompense pour cela), ils stakeront leur crypto comme garantie pour vérifier les transactions. 

Avantages et inconvénients de l’utilisation d’Ethereum

Comme toute autre technologie blockchain, Ethereum a ses avantages et ses inconvénients. Voici quelques-uns des principaux d’entre eux :

Avantages d’Ethereum

  • Il est stable et prend en charge un réseau étendu. La plateforme supporte un volume d’échange de plus de 1,5 milliard de dollars et le staking d’Ethereum vient de dépasser les 21 milliards de dollars après le hard fork de Londres. Plus de 1 900 DApps sont construites sur sa blockchain. L’ensemble du réseau est sécurisé et entretenu par plus de 250 000 développeurs, soit plus que toute autre communauté blockchain.
  • Bonne coordination des données. Les participants du réseau sont moins dépendants d’intermédiaires tiers pour rédiger et interpréter les contrats et valider les transactions, car Ethereum est construit sur une architecture décentralisée. Cela signifie que toutes les informations sont transparentes. De plus, les smart contracts écrits sont immuables, ce qui permet une exécution plus fluide et fiable.
  • Une meilleure scalabilité et interopérabilité. Ethereum est l’un des réseaux les plus scalables, traitant environ 7 à 15 transactions par seconde. Plus de 14 000 nœuds actifs contribuent au traitement de chaque transaction, ce qui constitue un défi lors des périodes de transactions encombrées. Ainsi, le sharding est une étape nécessaire pour qu’Ethereum 2.0 puisse résoudre ses problèmes de scalabilité.

Inconvénients d’Ethereum

  • La popularité croissante entraîne des coûts de transaction élevés. Les frais de gas sur Ethereum ont atteint un sommet de 23 $ par transaction en février 2021 en raison de l’explosion du nombre de protocoles DeFi. Lorsque les frais de gas sont élevés, il s’ensuit que votre bénéfice net sera faible si vous êtes un utilisateur de la blockchain. 
  • Résultat imprévisible d’Ethereum 2.0. Le projet a été retardé à de multiples reprises, même s’il promet de résoudre le problème de la scalabilité. Pourtant, l’augmentation de l’efficacité proposée est discutable, car la migration des transactions centralisées vers les transactions décentralisées est un processus laborieux auquel les développeurs de DApps doivent s’adapter.
  • Sujet à l’inflation des crypto-monnaies. Contrairement au Bitcoin, dont la quantité est plafonnée à 21 millions, l’ETH n’a pas de quantité totale fixe. L’inflation de l’ETH est donc surveillée. La réserve de valeur pourrait ne pas être aussi impressionnante que le BTC lorsqu’elle est évaluée du point de vue de l’offre et de la demande.

L’Ether est-il un bon investissement ?

Comme pour tout investissement, la phrase « faites vos propres recherches » est un conseil judicieux. Cependant, ce que l’on ne peut nier, c’est le très beau rendement que vous auriez obtenu si vous aviez investi dans l’ETH à ses débuts. Tout investissement dans l’ETH en janvier 2016 aurait produit une croissance d’environ 30 000 % en mai 2021. Cependant, le recul est de 20/20, et la crypto dans son ensemble est sujette à la volatilité.

Bien que son prix soit bien inférieur à ses sommets, l’ETH a atteint un sommet de plus de 340 $ pendant le tristement célèbre bull run crypto de 2017. Son prix s’est redressé de manière impressionnante depuis le récent effondrement du marché, qui a touché de nombreuses crypto-monnaies alors que la pandémie COVID-19 frappait en mars 2020. Le lancement d’Ethereum 2.0 offre également de bonnes perspectives d’investissement pour l’ETH. Bien que les prédictions varient, le consensus semble être haussier pour les années à venir. Par exemple, FXStreet prédit que l’Ether va repartir à la hausse, après le hard fork de Londres sur le mainnet avec la mise en œuvre de la mise à jour EIP-1559Forbes pense que l’Ether pourrait atteindre 20 000 dollars à long terme, suite aux mises à jour majeures d’Ethereum.

Où acheter de l’Ether 

Vous pouvez acheter de l’Ether dans d’importants exchanges de crypto-monnaies en utilisant votre monnaie fiat locale, ou simplement échanger de l’Ether en Bitcoin ou USDT. Cependant, l’Ether est le plus souvent tradé sur les exchanges de crypto-monnaies avec des stablecoins comme USDT ou USDC. Par exemple, vous pouvez acheter de l’ETH sur Bybit via une variété de méthodes de paiement, notamment Visa et Mastercard ou un transfert bancaire. Une fois votre transaction terminée, vérifiez le solde de votre portefeuille Bybit, ou transférez simplement l’ETH vers un portefeuille froid, tel que MetaMask.

Acheter des ETH sur Bybit

Le mot de la fin

Jusqu’à présent, le réseau Ethereum a été une fantastique histoire à succès. Avec l’arrivée d’Ethereum 2.0, cela semble devoir continuer. Bien que l’Ethereum partage certaines similitudes avec le Bitcoin, comparer les deux revient à comparer des pommes et des oranges car les deux réseaux ont des objectifs fondamentalement différents. Comme pour beaucoup de choses dans le monde de la crypto, ce qui se trouve au coin de la rue peut être imprévisible – mais c’est ce qui rend le voyage si excitant.

Vous pouvez acheter de l’ETH ici sur Bybit !

Vous pouvez également trader de l’ETH ici sur Bybit !

Restez informé(e) avec les mises à jour de Bybit :

Visitez notre plateforme d’échange

Suivez nos actualités via notre blog

Réseaux sociaux : TwitterFacebookInstagramYouTube et LinkedIn

Rejoignez-nous sur Telegram et Reddit

Vous avez des questions ? Visitez notre centre d’aide

Vous avez une suggestion concernant cet article ou autre chose sur notre plateforme ? Partagez vos pensées et aidez-nous à améliorer notre contenu pour le reste de la communauté !